Merci!

Aujourd’hui Masterlog a été mentionné (parmi d’autres blogs) sur le site d’ErosPower Etre Soi-Même SM

Il est vrai que trouver un blog D/s ou SM est très facile. Mais séparer le bon grain de l’ivraie n’est pas simple et google n’est pas ici d’une grande aide.

J’ai déjà recommandé ce site sur d’autres réseaux mais je ne l’avais peut-être pas mentionné ici. Si vous ne connaissez pas Etre Soi-Même SM je vous engage à le visiter et à vous plonger dans les tonnes d’articles fouillés et authentiques qu’il contient. Quand je pense à l’idéal que je souhaiterais atteindre pour notre couple, c’est toujours cet exemple qui me vient en tête, même si je ne suis pas toujours convaincu que nous en soyons capables.

PS/ la liste incluant les autres blogs ici j’ai préféré renvoyer d’abord vers la racine du site qui est plus représentative de son contenu.

Day 124 La suite!

Pour prendre tout de suite le dessus, dès qu’elle revient de coucher les enfants, je lui demande si elle a bien bloquer la porte du couloir. Evidemment non. Je lui demande donc d’y retourner et de la bloquer. Elle proteste mais s’exécute.

Lorsqu’elle revient je la déshabille et l’excite un peu. Lorsqu’elle est sur le point de partir, je m’arrête, comme la veille et lui demande de se mettre à genoux, en position. Je lui mets une couverture sur les épaules.

Ensuite je sors un bandeau, et lui mets l’iphone sur les oreilles avec un morceau qu’elle apprécie, durée 20min. Elle est très surprise, mais elle reconnait vite le morceau et se laisse faire

Je lui ordonne d’attendre ainsi pendant que je prépare. Elle se demande vraiment ce que je suis en train de faire. Je suis en train de fixer le wand à la table, comme je l’avais testé quelques jours auparavant.

Lorsque j’ai fini je lui laisse son bandeau, je la fais se mettre debout et l’avance vers la table. J’enduis le wand de lubrifiant et je le démarre. Elle est surprise. Je la fais se branler sur le wand, pousse sur ses fesses pour qu’elle se colle bien, et quand elle commence à onduler un peu je sors la cravache. Je lui enlève le bandeau, elle découvre alors les plugs posés à coté d’elle.

Le wand la stimule bien, mais utilisé trop longtemps j’ai l’impression qu’il perd son effet donc je l’arrête. Je commence à la prendre en levrette debout (j’essaierai la prochaine fois levrette+wand, de toute façons vu la hauteur de la table, cela ne m’a pas l’air praticable).

Ensuite je l’allonge sur le dos sur la table et introduit le majeur dans son cul. Elle commence à chanter. C’est une chose que j’ai remarqué dès le début chez elle, un doigt dans le cul la fait chanter à coup sur. Je la branle bien et fini par la reprendre. Elle me supplie de ne pas lui prendre le cul. Je lui répond qu’elle n’a pas à se faire de soucis puisque ce n’est prévu que pour dans deux semaines, mais qu’il ne lui reste plus beaucoup de temps pour s’entrainer… A la fin de la séance elle m’avouera qu’elle pensait que mon doigt était un plug. Son cul s’est-il resserré tant que ça avec le manque d’entrainement!!?

Elle a beaucoup aimé la musique, moins le sentiment d’enfermement due à la privation de l’audition des sons extérieurs + de la vue. C’est très bien cela me donne à la fois de quoi pouvoir la mettre en position de manière prolongée pour réflexion ou méditation, et aussi de quoi lui rendre la même situation inconfortable si besoin.

J’ai commencé une fiche avec la liste de ce qui sera pour elle une récompense, une punition, un attrait, un gène… Je ne comprend pas que sur tous les sites que je visite on ne conseille pas ça… Pour chaque personnes les items de ces différentes catégories seront différents. C’est indispensable pour un maitre d’avoir cela en tête, et encore mieux de pouvoir le coucher par écrit afin de bien penser chaque chose… Pour quelle raison profonde est-ce une punition, un plaisir, etc..

La prochaine fois, une punition digne de ce nom, enfin!

Day 123 – Nouvelle stratégie

Bon j’écrirai plus tard sur d’autres séances antérieures que je veux raconter correctement.

Ce soir, en mode total impro, j’ai tenté  quelque chose de nouveau. Pas vraiment original, nous sans doute pas, mais nouveau pour nous.

Le problème depuis les vacances de Noël, c’est qu’on n’a pas le temps. Les enfants sont épuisants, le travail est intense… Bref comme tout le monde j’imagine.

Il y a les moments où moi-même je suis occupé à autre chose, ceux où je vois bien qu’elle est épuisée, et puis ceux parfois entre les deux où ce n’est pas clair mais où elle « s’échappe » par une pirouette parce que voila c’était pas le bon moment pour une séance.

Je sais que c’est mon principal défaut, je lui laisse trop la main sur le moment. Je n’arrive pas à créer cet instant où d’un coup je prend le contrôle, c’est toujours trop progressif, ce qui sape évidement pas mal l’autorité. Mais en même temps j’essaie aussi de me maîtriser parce que je sais que si je me laisser aller, la frontière entre dominant et enfoiré égoïste est encore fine chez moi.

Ce soir ce n’était théoriquement pas un bon jour (l’agenda varie en fonction des jours de la semaine et aujourd’hui était chargé), mais bon on ne va quand même pas prévoir les séances d’avance sur le calendrier en fonction des jours…

Les enfants étaient pour une fois couchés tôt, j’avais fini mon boulot et elle glandait sur le canapé (ce qui je l’ai remarqué est souvent un appel plus ou moins masqué, sinon elle serait dans son lit car oui madame adore, mais alors vraiment adooore dormir, chose que je n’ai jamais compris, j’aime trop la vie pour la perdre à dormir et surtout je sais que je n’en aurai pas deux).

Bref, je verrouille la porte pour éviter une arrivée intempestive des enfants, et je la rejoins sur le canapé. Quand elle commence à comprendre mes intentions, elle explique qu’elle a planifié sa journée pour pouvoir ce coucher à 21h30, que demain promis elle sera disponible, etc… Malgré tout je sens un début d’excitation. et je tente un premier coup de poker en lui disant que je vais vérifier et que si elle ne mouille pas je la laisserai aller au lit. Je n’ai pas eu besoin d’aller très loin pour entre un bruit caractéristique.

Je continuais jusqu’à ce qu’elle commence à gémir doucement. Puis à monter un peu dans les tours. Et puis soudain cela m’a frappé comme une évidence. En repensant à un post de blog lu récemment à propos de l’exigence et de la discipline (qu’honnêtement j’ai un peu pris pour moi, l’auteur se reconnaîtra!), je me dis que c’était trop facile de continuer ainsi dans une demie-négociation.

Alors qu’elle allait s’envoler, je stoppe tout, lui remonte sa culotte et son pantalon, et lui dit « voila c’est bon tu peux aller dormir maintenant, comme ça tu sera en forme pour la séance que j’ai prévue demain ». Elle me regarde, incrédule. Evidemment elle a compris que c’est une stratégie, mais quoi? Même à découvert les stratégies parfois fonctionnent. Elle part en me disant qu’elle ne pourra pas dormir dans cet état. Que ce n’est pas juste. De toutes façons je sais qu’elle ne se touchera pas, c’est encore un tabou qu’il faut que je brise chez elle.

La suite demain?

Torture Table

Pas encore trouvé le temps de reprendre l’écriture, mais voici comment transformer une table ikea en table de torture et de plaisir.

Un chevron sous la table permet de fixer fermement le wand avec une simple corde.

Si la tête n’est pas bien en contact avec le corps, le bout du wand fait vibrer le chevron. Cela permet de contrôler facilement que la soumise garde bien le contact entre le wand et son sexe.

J’avais d’abord imaginé fixer sur une chaise (plus classique) mais je cherchais quelque chose qui permette l’utilisation de la cravache sur les fesses et les seins à la fois pendant la séance.

Test en conditions réelles prochainement…

Intermède non-musical

Comme vous l’avez remarqué, peu de mises à jour ici depuis fin décembre.

Il faut dire que la vie a reprit fortement ses droits pendants les vacances de fin d’année et que c’est toujours une période difficile pour elle.

Malgré une ou deux séances intéressantes que je pourrai raconter, ces jours (qui commencent à devenir des semaines) passés ont été assez frustrants pour moi car je dois retenir mon enthousiasme pour la ménager, et je n’ai pas amélioré les choses en passant en force sur des problématiques vanilles.

D’un autre coté, j’ai enfin retrouvé un side-project non D/s sur lequel j’ai envie de travailler sur mon temps libre donc il occupe beaucoup mon cerveau et diminue mon envie d’écrire.

Bref, tout cela pour dire qu’il y aura encore bien sûr de nouveaux posts ici mais que la fréquence allait diminuer.

Day 48 – Taille 3

La veille j’avais préparé son verre d’eau avec une feuille pliée en 4 dessus. J’y avais décris ce qu’elle devrait faire:

Pendant que je suis parti à l’école avec les enfants, tu emmènera les plugs, des préservatifs et ton cadeau de Noël dans notre lit.

Tu mettra le petit plug. Si c’est trop facile tu mettra le 2ème.

Puis tu m’attendra à 4 pattes, les fesses vers la porte.

Attention, ne ferme pas la porte à clé

PS/ je ne veux pas de discussion. Soit une bonne fille (en japonais dans le texte)

Bon ça c’était le scénario. Comme d’habitude tout ne s’est pas passé comme prévu…

Quand elle s’est levée, elle a pensé que cette feuille c’était de nouveau des devoirs, et elle l’a laissée de coté. Je voulais l’envoyer à la douche avant que nous partions, mais les enfants m’ont accaparé et je n’ai pas pu.

En partant je lui glisse: « Je te conseille de regarder ce qu’il y a écrit sur la feuille, dépêche toi! ».

Pendant que je revient de l’école, je reçois un texto: « Si tu veux que je fasse tout, il faut rentrer tard. Je dois prendre ma douche et laver mes cheveux ».

Je lui répond que c’est pour cela qu’il fallait lire la lettre dès qu’elle s’est levée.

Objectivement, je n’étais déjà pas en train de me presser, mais bon je fais un tour par le garage pour ramener les cadeaux des enfants pour Noël que nous devons emballer. Autant utiliser le temps efficacement. Toujours pas de nouvelle et je suis entrain d’attendre dans le couloir, entendant le sèche-cheveux quand le voisin sort et me regarde avec étonnement. C’est dans ces moments là qu’on est content de vivre en 2016 et d’avoir un smartphone pour faire semblant d’être en train de faire quelque chose 😉

Bref, au bout de 3 minutes je reçois un texto « ok « .

J’ai envie de lui faire un peu peur, donc je sonne avant de rentrer. Et quand je tente d’actionner la porte elle est fermée. Je l’ouvre, et je vais dans le salon, pour la faire mariner un peu et aussi pour attraper la cravache.

Je la trouve allongée dans le lit sous la couette. Sigh…. Je n’ai même pas envie de comprendre si elle n’a pas compris ou si elle a désobéi, j’avance. Je soulève la couette et découvre le plug dans son fondement.

Je lui ordonne de se mettre à 4 pattes et je lui demande comment ça s’est passé. Elle me dit que c’était un peu plus dur que prévu. En fait nous comprendrons après qu’elle a fait la même erreur que moi par le passé et qu’elle a attaqué directement par le deuxième.

Bref, je lui titille un peu les fesses avec la cravache, je la masturbe pour qu’elle lubrifie bien et je démarre le wand. Ca part très fort. Elle me demande si on ne peut pas baisser un peu l’intensité, mais je ne le fais pas.

C’était mon intention en lui demandant d’enfiler un plug en avance (mais c’est un peu raté vu que c’est 2 minutes avant), je veux tenter la taille 3 aujourd’hui. Je commence à l’enfoncer, ca passe plutôt bien mais comme d’habitude c’est plus difficile à la fin. J’avance doucement et je fini par le passer, mais elle me dit que ça lui fait mal. Je le retire donc. Je retenterai dans de meilleures conditions.

Je la félicite d’avoir réussi à en mettre un tout seul et d’avoir tout de même passé la taille 3. Je prépare ma capote et elle me demande d’y aller doucement aujourd’hui car elle travaille ce week-end et ne veut pas avoir de cystite. Je ne pense pas vraiment que ce soit lié au fait d’aller doucement ou pas mais bon, je lui dis que comme elle a été une bonne fille, je vais lui faire l’amour lentement aujourd’hui.

Je la prends en missionnaire et fais des aller retours très lents. C’est bon, elle lubrifie, mais on ne retrouve pas les sensations habituelles. Tout de coup elle me dit (en japonais) « vas y plus fort ». Je lui dit qu’elle ne sait pas ce qu’elle veut et qu’en fait elle aime que je la défonce. Je lui demande de me le demander correctement. Au bout de quelques essais elle réussit à me demander d’y aller plus fort en ajoutant « s’il vous plait » et « maitre » dans la phrase.

J’accélère le rythme et la profondeur. Elle se retient et me dit « ikisou », c’est à dire « je vais jouir ». Je continue une minutes ou deux et l’autorise à jouir. Elle explose (et moi aussi…)

Day 44 – Se jeter à mes pieds

Puisqu’elle proteste le matin je lui verse un verre rempli au quart seulement. Elle ne comprend pas vraiment qu’il s’agit DU verre et le boit sans réfléchir. Elle doit donc re-remplir le verre pour prendre ses cachets.

Le soir elle rentre épuisée du travail et se jette littéralement à mes pieds pour que je l’autorise à aller se coucher. Quelque jours après lorsque nous en reparlerons elle ne s’en souviendra même pas, mais pour moi il s’agit d’un des plus beaux moments depuis que nous avons entamé cette relation.

Day 43 – Déni

Le matin, je lui verse comme à l’habitude un verre bien rempli. Et elle me demande pourquoi je le remplis toujours trop. Il n’y a pas de raison, simplement parce que nous avons convenu que je pouvais le remplir à mon bon vouloir, et encore je me raisonne car j’ai déjà eu quelques idées qui pourrait la révolter!

Le soir au cours d’une petite séance de masturbation, je me rends compte que je commence à sentir de mieux en mieux quand elle va venir et que je peux arrêter juste un peu avant. Elle est frustrée. C’est peut être une nouvelle arme pour moi. Mais quand je la laisse jouir, c’est évidemment très fort.

Joyeux Noël à tous!

Day 42 – L’abandon (II)

Ce jour fut long, très très long… Mais enfin vient le soir et les enfants sont couchés.

Elle vient et je sens dans son regard qu’elle n’a pas oublié ce qui doit se passer. Je lui demande si elle est prête pour sa punition, mais elle fait semblant de rien. Je lui rappelle qu’elle a accepté la punition hier soir dans le lit, et je la fait basculer sur mes genoux.

Je lui demande de compter deux fois 20. 1 fois car elle ne m’a pas obéi et supprimé le fond d’écran, et une deuxième fois car nous ne l’avons pas remis le lendemain.

Je démarre, au 3/4 de la force maximum de la dernière fois. Nous arrivons à 20. Je lui dis qu’on recommence à 0 pour la deuxième série. Cette fois je frappe au maximum de la dernière fois. Elle encaisse très bien et ne commencera à crier aïe que sur les 5 dernières.

Comme je l’ai déjà remarqué la dernière fois, la vraie punition n’est pas la douleur mais le fait d’accepter qu’elle doit être punie. Le fait de reconnaître d’accepter sa responsabilité. C’est quelque chose qui m’a toujours énervé chez elle, cette impossibilité de reconnaître sa faute, même acculée (relisez bien ce mot!). Et c’est je crois encore un effet bénéfique, pour notre couple, mais aussi directement pour elle, on ne peut pas vivre sa vie en se cachant derrière le manque de chance ou la faute des autres, qu’aura le processus de soumission.

Je lui dis que maintenant que cette formalité est réglée nous allons faire ensemble les devoirs de vocabulaire que je lui avais donnée. Après quelques semaines déjà à la faire travailler là-dessus en solitaire, j’avais de toute façon envie de changement et de plus de partage. Elle apprécie également ce moment de discussion.

Je la checke, et elle est évidemment toute mouillée. J’ai envie de passer un stade dans le training où elle s’insérera elle même le plug. Mais avant je veux être sûr qu’elle a compris comment faire.

J’avais réfléchi à la question aujourd’hui et je l’installe allongée dans le canapée, fesses tout en haut du dossier, jambes tendue vers le bas. De cette manière, elle peut bien observer ce que je fais. Je la caresse et j’insère doucement le plug. Je lui précise qu’elle devra bientôt le faire elle même et qu’elle doit bien observer. A la fin je lui demande d’enfoncer elle même le plug jusqu’au bout.

Je suis debout devant le canapé et elle a donc sa bouche devant ma queue, je ne peux me retenir et je lui demande donc de me sucer. Comme je sais qu’elle a encore un réflexe assez prononcé, je ne bouge pas et la laisse contrôler le rythme et la profondeur. Chaque chose en son temps. Elle me dira après coup, contre tout attente qu’elle a bien apprécié cette position car son réflexe ne se déclenchait pas trop.

Ensuite, je n’ai pas exactement la place de la prendre dans cette position, donc je la positionne en levrette et je la prends avec son plug encore dans le cul.

Je ne regrette pas de ne pas avoir cédé.